Classe orchestre depuis 2009 – Ambleville

Depuis 2009, la classe de CE2/CM1/CM2 de l’école d’Ambleville met en oeuvre tous les ans un projet de classe orchestre.

Voici l’interview du professeur qui accompagne ce projet, puis celle de l’enseignante :

INTERVIEW CHRISTOPHE SOULEILLET :

  • Quel est votre parcours musical professionnel ?

J’ai obtenu le premier prix de CNR de Cergy et le second prix CNSM de Paris.

  • Qu’est-ce qui vous a décidé à intervenir auprès d’enfants ?

J’interviens auprès des enfants par vocation.

  • Comment qualifieriez-vous ces interventions dans le domaine scolaire, par rapport à celles au sein d’un conservatoire ?

Elles permettent de faire découvrir la musique et de fédérer des valeurs à travers ce projet.

  • Vous intervenez dans de nombreuses classes du département. Qu’est-ce qui caractérise spécifiquement cette classe d’Ambleville? (Implication des élèves, motivation, niveau…)

L’écoute, le partage, la tolérance

  • Quels sont vos projets à venir ?

Jouer est difficile en temps de Covid.

INTERVIEW BEATRICE NEVEU :

  • Quelle est la genèse de ce projet de classe orchestre ?

Le projet a commencé en 2009. A l’époque, je m’interrogeais sur les difficultés d’écoute active en classe, d’attention et de persévérance des élèves et quelles réponses pédagogiques leur donner. Madame le maire d’Ambleville m’a alors parlé des Classes orchestre proposées par le Conservatoire de musique.  Elle m’en proposait le financement. Cela correspondait pleinement à mes motivations professionnelles : une activité inconnue, « neuve » venue de l’extérieure de l’école, valorisante pour les élèves, au cours de laquelle tous seraient égaux devant la tâche. D’abord un projet violon pendant trois ans, puis trompette-trombone avec Christophe Soulleillet.  Les instruments sont prêtés aux élèves par le SIMVVO. Ils l’emmènent à la maison pour s’entraîner. Ils deviennent « détenteurs » et « responsables » d’un très bel objet.

Les élèves expérimentent la musique de l’ensemble. On favorise la complémentarité des compétences et on persévère sans cesse pour parvenir à proposer un morceau. La classe multi-niveaux sur trois ans offre l’apprentissage de la persévérance à long terme.

  • En tant qu’enseignante, qu’attendez-vous d’un intervenant musical au sein d’une classe orchestre ?

Christophe Souleillet est le seul à savoir jouer des instruments enseignés.  Outre les apports musicaux nombreux et la transmission des connaissances dans ce domaine artistique, son engagement, son dynamisme et son enthousiasme règnent lors de chaque séance. Il instaure de suite un climat de respect et de confiance, bienveillant et motivant, qui engage les enfants à ne pas le décevoir et à lui donner le meilleur. Reste à le seconder efficacement. Puis rebondir en classe, transposer les attitudes, rappeler les victoires, encourager et continuer à « construire un collectif d’élèves performants ».

  • Savez-vous si certains de vos élèves poursuivent ensuite des études musicales ?

A ma connaissance, peu d’élèves ont continué l’instrumental par la suite, même si deux en ont fait ou vont en faire leur métier. Ce fait est étroitement lié à la ruralité. Sans parler d’un coût d’apprentissage extérieur non négligeable, les cours du Conservatoire ont lieu à Magny-en -Vexin et il faut s’y rendre deux fois par semaine.  En soirée et le mercredi. La plupart des parents travaillent sur Paris et ne peuvent véhiculer leur enfant.

  • Quels sont les bénéfices pédagogiques de la classe orchestre ? (Pour et au-delà de la musique)

A la question que nous leur avons posée « Que vous apporte la classe orchestre ? », Eileen, CM1, a aussitôt répondu « De la joie ! ».

Outre l’aspect du bénéfice musical, ce qui est prédominant dans ce type de projet, c’est l’apport dans la construction du citoyen de demain. Les valeurs civiques véhiculées par le défi de produire ensemble devant tous sont celles proposées par l’éducation morale et civique, le statut d’apprenant. Le bénéfice est quasi immédiat en classe car il impose de suite la tolérance et le respect de l’autre, la coopération….

  • Ces interventions sont-elles complémentaires de votre enseignement musical, ou s’y substituent-elles ?

Ecouter de la musique et s’ouvrir à la richesse du patrimoine international, chanter est à mes yeux essentiel. Je ne saurais envisager une semaine scolaire en cantonnant la musique au vendredi matin. Les élèves ont besoin de chanter et le montrent. Un peu de musique facilite un retour au calme. …

  • Y aura-t-il un concert cette année ?

Le concert est prévu le vendredi 4 juin 2020.

  • Avez-vous d’autres projets pour les années à venir ?

J’espère pouvoir continuer ce beau projet l’an prochain.